Primaires.

Publié le par MRC83

Jean-Pierre Chevènement, président du MRC, a affirmé mercredi à l'AFP que la participation de son parti à une éventuelle primaire à gauche est "conditionnelle" et dépend de son organisation, estimant que le problème de la gauche est d'abord celui de "son identité".

Sur des primaires à gauche "je n'ai pas de réponse par oui ou non, ma réponse est conditionnelle. Cela dépend des conditions dans lesquelles cette primaire serait organisée. Qui les organise? Si c'est le Parti socialiste tout seul, nous n'en sommes pas", prévient le sénateur.

En revanche, si cette primaire est organisée "par plusieurs partis ou clubs de la gauche c'est tout à fait envisageable, à condition que cette désignation soit largement ouverte aux sympathisants", ajoute-t-il.

"Dans l'état actuel des choses, souligne l'ancien ministre, il me semble que les Verts ne le souhaitent pas". "On a tiré beaucoup trop de conséquences des dernières élections européennes oubliant qu'il y avait 60% d'abstentionnistes", ajoute-t-il dans une critique implicite des Verts qui se targuent de leur bon score au scrutin de juin.

Quant à une participation du MoDem de François Bayrou à des primaires, le président du Mouvement républicain et citoyen affirme: "Est-ce que le MoDem accepterait d'être partie prenante à la désignation de ce candidat des primaires, qui l'amènerait à se définir d'emblée comme appartenant à la gauche. C'est une question qui se pose". Mais "il ne faut jamais exclure", ajoute-t-il.

"Le problème de la gauche n'est pas le problème des alliances, c'est le problème de son identité : ce qu'elle propose, comment elle entend répondre aux défis de cette crise mondiale du capitalisme financier", ajoute l'ancien ministre socialiste.

Selon lui, "la social-démocratie a ses 100 ans. C'est une formule du milieu du 20e siècle. Il faut apporter une réponse qui soit à la fois à l'échelle mondiale et soit convaincante pour le peuple français".

Commenter cet article